flShow - Carousel
Accueil du site > Un peu d’histoire>La croisade

La croisade


Simon de Montfort ordonna à Pons de Bruyères, en qualité de lieutenant, avec un corps de six mille hommes, de prendre les châteaux du quercorb, pour s’arrêter à Puivert.

Le château se pris en trois jours et quatre nuits de siége ; sans fait d’armes, sans traité de paix.

Nous pouvons donc supposer qu’il eut été suffisamment imposant pour stopper une si grande colonne trois jours et quatre nuits durant. Il est fort probable que ses occupants aient fuit avant l’arrivée de Bruyères. Nous retrouverons Bernard de Congost à Montségur vingt années plus tard en 1234, où il y decede consolé lui aussi. Heureusement, cette prise du château fut décrite et conservée aux archives du château de Chalabre.

Gaillard, son fils, participe à l’expédition d’Avignonet ; ses soeurs seront sur le bûcher de Montségur...

Les Bruyères étaient une famille depuis longtemps considérable ; lors de la croisade l’un des aïeux de pons avait pris en 1089, le nom du fief de Bruyères le châtel, situé dans la foret d’Ivelisse, Seine et Oise, prés de Montlhéry, parce qu’il en avait reçu l’investiture de Beaudoin, comte de Flandres, son oncle et tuteur du roi Philippe I.

Un Thomas de Bruyères avait accompagné Louis le Gros aux obsèques de Milon de Montlhéry ; Simon son fils s’était croisé avec Louis le Jeune (1147) ; Nicolas de Bruyères certainement le père de pons, est cité comme témoin dans divers actes notariés

Jean I, fils de pons, se maria avec Eustachi de Lévis, dont le frère avait épousé la soeur de celui-ci. Six ans après, la rupture du verrou naturel du lac de Puivert endeuilla toute la vallée jusqu’à Mirepoix, en l’an 1279, selon les chroniqueurs. En 1283, pour ses terres de Puivert, Jean fut appelle au service du roi, Philippe le Hardi, pour composer une suite imposante se rendant sur l’Aragon...Ce voyage lui permit d’obtenir le titre de chambellan du roi, et se vit comblé de faveurs royales. Il lui accorda „ en considération de ses services, d’avoir ses vassaux taillables à sa volonté ; les déchargea à PERPETUITE de toute sorte d’impôts envers la couronne ; le déclara gouverneur né de ses châteaux de Puivert et de Chalabre ; lui en confia la garde par ses vassaux ; créa de plus pour cette garde une compagnie de cinquante hommes dont il devait être capitaine né, et voulut que ces privilèges fussent acquit à jamais à sa descendance. Pour obtenir de telles récompenses,il eut fallut que Jean sois proche du roi ; rappelons au passage que Philippe III le Hardi meurt dans la région de Perpignan lors de la conquête Aragonaise, aux cotés de Jean.Il meurt quelques temps aprés, laissant à sa femme la gestion de Bruyères et de Puivert ou il fut enseveli.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | webmail | Réalisation www.8iemeclimat.net